Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 14:24

 

« Obscure est la nuit du tombeau,

et pourtant l’éclat des plaies sacrées

traverse l’épaisseur de la pierre,

la soulève et la met de côté comme une plume ;

de l’obscurité du tombeau se lève

le corps ressuscité du Fils de l’Homme,

éblouissant de lumière, rayonnant de clarté. »

Ainsi commence le poème de sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Édith Stein), composé en 1924, deux ans après son baptême, intitulé « Matin de Pâques ». Elle semble vouloir combler, par son imagination lyrique, une scène qui échappe aux plumes des évangélistes : la scène de la résurrection. Le Ressuscité se lève, aussi splendide que lorsqu’ il était sur le mont Thabor, transfiguré devant ses disciples, et par cet éclat dégagé des marques de la Croix, il déplace la gigantesque pierre qui sépare le monde des morts du monde des vivants. La mort est vaincue, le Vainqueur sort de son tombeau. Et la jeune convertie poursuit sa vision rêveuse :

« Le Sauveur s’avance en silence

de la terre qui s’éveille à peine.

Sous ses pas divins

s’épanouissent des fleurs lumineuses que nul n’a jamais vues –

et partout où son vêtement effleure le sol,

la terre se met à briller d’un éclat d’émeraude. »

 

Étonnante cette discrétion du Vainqueur inouï, qui, sous ce silence délicat de l’aurore printanière, a changé le cours de notre histoire, sans que personne ne soit réveillée par son éclatant relèvement. Il s’avance. Il semble préférer prolonger la solitude qu’il a endurée sur le chemin de douleur. Mais il n’y a plus de cris, de hurlements, de railleries, de coups… Chacun de ses pas secrets opère un généreux apaisement qui prodigue autour de lui grâce et bénédiction.

 

« La bénédiction coule de ses mains sur les champs et les prés

elle jaillit abondante et limpide –

et dans la rosée matinale de la plénitude de grâce

la nature rayonne de joie et ovationne le Ressuscité

pendant qu’il s’avance en silence (...) »

 

Mais, vers où se dirigent ses pas ? Que cherche-t-il ? Où est-il aujourd’hui ? Est-il encore sur son chemin ? Oui, il est encore en chemin, il marche sur notre chemin, discrètement à notre côté, en quête de rencontre. Enfant, il dormait dans une mangeoire ; ayant grandi, il n’avait pas une pierre pour reposer sa tête (Mt 8, 20) ; aujourd’hui, il cherche toujours une demeure, il cherche sa demeure en nous. Un jour, sur l’île Patmos, il dira à son disciple bien aimé : « Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi » (Ap 3,20).

 

Oui, il est à notre porte, la porte de notre cœur. « Seigneur, quel est votre repos, si ce n’est dans mon cœur ? » (Paul Claudel)

Jean-Samuel WANG

 

Partager cet article

Repost 0
Communauté de paroisses Saint Pierre et Saint Paul
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Communauté de Paroisses St Pierre et St Paul de Thionville
  • Communauté de Paroisses St Pierre et St Paul de Thionville
  • : Blog d'informations concernant la communauté de paroisses St Pierre et St Paul de Thionville
  • Contact

Recherche